Thé : De la plante à la tasse

Tous les thés, qu’ils soient blancs, verts ou noirs sont issus d’une même espèce : le Camelia sinensis. Le lieu de culture, le moment de la cueillette des feuilles et les procédés de fabrication vont conditionner la couleur, l’arôme et la qualité d’un thé, mais aussi les vertus liées aux différents types de thé.

Thé blanc

Le thé blanc est le plus rare et le plus délicat. Le plus rare car seules les trois premières feuilles et le premier bourgeon qui poussent sur un arbuste peuvent être utilisées pour la fabrication d’un thé blanc. Les feuilles sont ensuite séchées pendant des heures à l’air libre pour éviter toute manipulation et donc toute oxydation. Elles conservent donc un maximum de propriétés des feuilles fraîches, souvent utilisées en phytothérapie pour remédier à l’embonpoint, la fatigue, la rétention d’eau ou l’apparition de caries. Pour garder toutes ces vertus dans votre tasse de thé, il sera indispensable d’utiliser une eau non bouillante, entre 30°C et 70°C, et de laisser infuser votre sachet entre 7 et 20 min. Les éléments tels que les vitamines ainsi que les arômes se diffuseront petit à petit dans votre tasse.

Thé vert

Le thé vert est le plus simple à fabriquer. Toutes les feuilles de l’arbuste peuvent être cueillies puis flétries, c’est-à-dire séchées le plus rapidement possible afin de réduire la teneur en eau. Commence alors l’étape déterminante de la fabrication d’un thé vert, la torréfaction. La torréfaction a pour principe de chauffer les feuilles, en milieu sec, afin de stopper leur oxydation, de réduire encore la teneur en eau et de leur apporter leur couleur verte. Elles sont ensuite roulées afin de casser les tissus composant chaque feuille pour libérer les arômes du thé. Une ultime étape de séchage assure la conservation du thé, conservation estimée entre 12 et 18 mois. Pour libérer l’ensemble des composants vertueux du thé vert, il est conseillé de le laisser infuser le thé entre 3 et 5 minutes dans une eau à 95°C. En effet, les antioxydants libérés lors de l’infusion vont, entre autres, limiter les risques cardiovasculaires et réguler le taux de cholestérol.

Thé noir

Pour le thé noir, le processus de fabrication débute comme celui du thé vert : les feuilles sont flétries puis roulées, mais alors intervient une étape cruciale, caractéristique de la transformation en thé noir : la fermentation. Durant cette étape, les feuilles sont exposées à un milieu chaud et humide et vont fermenter. Il sera donc plus chargé en théine d’où sa couleur noire et son goût caractéristique. Ceci explique aussi l’effet psychostimulant du thé noir. Les feuilles sont ensuite séchées puis triées selon leur taille. Le thé noir pourra lui se conserver plusieurs années.

Qu’il soit noir, vert ou blanc le thé ne doit jamais être infusé dans une eau bouillante pour ne pas dénaturer ses nombreuses propriétés naturelles. Allié des régimes ou de la lutte contre les maladies liées au vieillissement, un thé naturel de qualité vous apportera avant tout un plaisir en bouche.

Sources :
http://www.vertus-the-blanc.com/index.html
http://www.thecalin.com/le-the/fabrication-thes-verts-chinois/
http://www.the-noir.fr/procede-fabrication-the-noir.html

THÉ