Votre besoin en caféine est-il programmé dans vos gènes ?

CAFÉ

Que vous soyez de ceux qui enchaînent les cafés tout au long de la journée, ou au contraire que vous fassiez partie de ceux qui ne consomment pas du tout de café, vos gènes en seraient en partie responsables si l’on en croit une étude publiée dans le journal Molecular Psychatry, en mai 2015*.

En effet, selon cette étude, votre comportement face au café ne serait pas seulement une question de goût mais aussi une question d’expression des besoins de votre corps.

Les manières de consommer le café ou les fréquences de consommation divergent d’un individu à l’autre. Par ailleurs, la tolérance à la caféine varie selon notre profil : certains ne ressentiront aucun effet stimulant quand d’autres auront le sommeil perturbé après une seule tasse de café.

Pour analyser ces différents modes de consommations, des chercheurs ont analysé les gènes de plus de 120 000 personnes aux habitudes très différentes. De l’unique café au réveil pour certains à près de 15 tasses par jour pour d’autres, l’échantillon a permis d’étudier une grande ampleur de profils consommateurs.

Mais en quoi les gènes expliquent en partie notre comportement face à la caféine ?

Au cours de l’étude, les chercheurs se sont focalisés sur 6 gènes en particulier, tous impliqués dans le métabolisme de la caféine ou dans l’effet stimulant de la molécule. Ils ont compris que selon les variations de ces gènes d’un individu à l’autre, l’élimination de la caféine dans le sang serait plus ou moins rapide et que l’effet stimulant du café serait plus ou moins renforcé.

Pour chaque participant, les variations de ces 6 gènes ont été analysées et les résultats - vitesse d’élimination et effet stimulant de la caféine – ont été comparés au nombre de tasses de café bues chaque jour.

L’étude conclue qu’un besoin en caféine plus ou moins important serait directement lié au profil génétique. En d’autres termes, les gènes expliquent, en partie, pourquoi certaines personnes ont besoin de nombreuses tasses de café pour ressentir un effet stimulant.

Toutefois, notre consommation de café dépend surtout de notre volonté puisque ces 6 gènes expliquent seulement à hauteur de 1,3% notre comportement vis-à-vis du café. D’autres gènes non étudiés à ce jour et de nombreux facteurs environnementaux influent également notre consommation de café.

Vous êtes amateurs de café et en consommez au travail ? Pour combler tous vos besoins en caféine Chateaud’eau vous propose une large gamme de machines à café en capsules ou en grains.

Source:
http://www.nature.com/mp/journal/v20/n5/full/mp2014107a.html
http://www.maxisciences.com/caf%E9ine/cafeine-un-besoin-d-039-origine-genetique_art13900.html